Celestinum Arsenault de Bathurst

 

Même si ce patronyme est en voie de disparition en Haute-Côte-Nord, Célestin Arsenault apparaît dans l’arbre généalogique de plusieurs familles, surtout plus à l’Est….

Célestin, le premier Arsenault en Haute-Côte-Nord
Le premier Arsenault qui s’implante en Haute-Côte-Nord, pour y faire souche, est Célestin Arsenault (parfois prénommé Pierre ou Peter). Il est né à Petit-Rocher, comté de Gloucester, au Nouveau-Brunswick, où il est baptisé le 24 mars 1873, sans aucune précision sur l’âge de l’enfant. Il est baptisé sous le prénom de Celestinum!

Baptême de Celestinum Arseneault aux registres de Petit-Rocher. Source : Registre Drouin/genealogiequebec.com.

Quant à la date de sa naissance :
Selon l’âge donné au décès, 61 ans, il serait né vers 1872.
Selon le recensement de 1901, il serait né le 9 septembre 1874.
Selon le recensement de 1911, il serait né en décembre 1875.
Selon le recensement de 1921, il serait né en 1874.
Selon la société de généalogie du Québec, il serait né le 9 décembre 1872.

Donc, si on fait une moyenne, le 9 revient deux fois, le mois de décembre revient aussi deux fois. Comme il est baptisé en mars 1873, seule l’année 1872 est crédible.
Ce qui nous donnerait comme date : 9 décembre 1872, tel que mentionné au décès. Il aurait pourtant été majeur à son mariage alors… le mystère est entier!

On le mentionne pour une première fois, ici, lors du baptême d’Yves Célestin Fortin (fils d’Alphée et Olive Gagné), le 22 mai 1893 à Portneuf (-sur-Mer). Ce qui porte son arrivée dans la région entre le printemps 1891 (présent au Nouveau-Brunswick) et l’automne 1892 (considérant l’absence de circulation en hiver). Alphée Fortin n’aurait point choisi un homme fraîchement débarqué d’une goélette acadienne comme parrain pour son fils, avouons!

Il épouse, le 1er octobre 1894, à St-Paul-du-Nord Marie-Louise Gagnon. Lors de son mariage, on le dit fils mineur de Jean-Baptiste Arsenault et feu Sophie Roy de Bathurst. Lui servent de témoins : Pascal Emond, Philéas Fortin, Philippe Gagnon (fils) et Elvine Duchesne! Une femme citée à témoin? Chose très rare.

Portons attention à la présence des Emond, Fortin et Gagnon auprès du marié.

Selon certaines sources (des descendants), Célestin arriva ici comme interprète pour la compagnie C.P. Easton (1902-1908), sise à Portneuf. Pourtant non, ça ne colle pas avec la réalité, il arrive près de 10 ans avant la compagnie. Simple journalier, comme la majorité des Portneuvois, il est le seul à maitriser la langue anglaise dans le village, il devait rendre service à l’occasion possiblement. Les descendants n’ont pas tout faux par contre. Son arrivée dans la région dépend fort possiblement d’une compagnie mais pas la C.P. Easton. Nous devons chercher ailleurs…

Un brin d’histoire
Vers 1873, dépassé les désertiques Cantons Laval et Latour, nous arrivions au canton Betsiamites, centre des activités économiques de ce coin. Sur la rive Ouest de la rivière, la compagnie Girouard & Beaudet possédait un moulin qui employait 250 hommes, à temps plein. Plus d’une quinzaine de navire partait, chaque année, chargés de madriers, pour l’Angleterre ou les États-Unis. Une soixantaine de maison, appartenant à la compagnie, héberge alors les travailleurs (Arthur Buies, Le Saguenay et la vallée du Lac-St-Jean, 1880). En 1890, c’est la St-Lawrence Lumber Company qui se porte acquéreur de ce moulin. Le président, Kennedy Francis Burns, un irlandais, domicilié à Bathurst, a l’habitude d’employer des travailleurs acadiens.

Les registres de Bersimis font tout à coup mention de Murphy, Power, Crotty, O’neil, Frigot et… Arsenault! Et la majorité de ces hommes sont originaires de Bathurst. Ils se mélangent aux Miller, Gagnon, Martel, Tremblay de la région. On note la présence de Sylvain Arsenault, un petit cousin de notre Célestin, qui épouse Georgina Miller, fille de David, dans les derniers moments de la compagnie. Elle repartira avec lui à Bathurst. Il n’existe aucun document prouvant que Célestin Arsenault travaillait pour Burns et la St-Lawrence Lumber au Moulin Bersimis. Sauf que… Pendant les années d’opération de cette compagnie plusieurs hommes de Portneuf s’y trouvaient avec leur famille, dont les Fortin et les Gagnon, et ils seront tous de retour à leur lieu d’origine vers 1893-94, lors de la faillite de la scierie… Exactement le moment où apparaît Arsenault au village… pour épouser sa Marie-Louise.

Marie-Louise Gagnon
Afin de mieux comprendre le contexte familial et l’entourage de Marie-Louise, relevons que sa mère Elmire (ou Olympe selon les sources) décède 21 jours après sa naissance. Alors prise en charge par sa grand-mère maternelle, Émilie Simard (Henri Fortin), elle intègre la maisonnée Fortin qui compte alors plusieurs oncles/tantes célibataire : Philéas, Alphée, Élisa et Célina. Elle développera donc un lien particulier avec ces parents. Serait-ce possible que Célestin, au hasard d’un chantier, rencontra et suivit ces hommes jusqu’ici? Fort probable. Et c’est ainsi qu’il fait la rencontre de sa «future»? Possiblement!

Arbre de Marie-Louise Gagnon. La famille Fortin, très présente à Portneuf, prendra soin de la jeune orpheline.

Le couple à travers les recensements
En 1901, le couple est au coeur de la famille Fortin. Nous avons d’abord, en première ligne l’oncle Philéas, marié sur le tard avec la jeune Joséphine Girard (Johnny et Marie Tremblay). La maisonnée suivante est justement occupée par Johnny et sa seconde épouse, un mariage tardif pour Élisa Fortin, tante de Marie-Louise. Enfin, la troisième habitation, notre couple. Si nous portons attention, ils hébergent la tante Célina, célibataire. Comme c’est le calme plat à Portneuf, aucune compagnie n’opère alors, Arsenault est dit cultivateur.

Actuel Portneuf-sur-Mer, recensement de 1901.

En 1911, le couple est toujours voisin de la tante Élisa et Johnny Girard. Par contre, contre toute attente, l’oncle Philéas, devenu veuf, habite avec eux. Célina ayant convolé en justes noces avec un veuf en 1903. Célestin se dit journalier, travaillant 42 semaines, pour un employeur.

En grattant le recensement on voit qu’il occupe un « emploi supplémentaire en dehors de l’emploi ou du métier, s’il y en a ». (Colonne(A) en jaune). Le code «4/9/07» correspond à «pêche et chasse/Journalier, travailleurs non spécialisé/Teneurs de livres, secrétaires, etc» Cette dernière occupation étonne car les colonnes 34-35 et 36 nous montrent qu’il ne sait ni lire ni écrire. Ce qui sera confirmé en 1921. On constate qu’il sait parler l’anglais, il est le seul à posséder cette connaissance au village.

Actuel Portneuf-sur-Mer, recensement de 1911.

1921, l’indéchiffrable recensement, pourtant si riche d’informations, nous donne un portrait d’un couple vieillissant. Terminé les oncles/tantes que l’on héberge, l’oncle Philéas ayant trépassé en 1913. Il ne reste que les plus jeunes enfants à la maison. En décortiquant les détails du recensement, nous savons que Célestin est propriétaire de sa maison, toute de même assez grande car on y dénombre 5 chambres. Il est toujours journalier et comme occupation, on écrit «bois de pulpe», il fait possiblement chantier.

Actuel Portneuf-sur-Mer, recensement de 1921.

Finalement…
Marie-Louise décèdera à Portneuf, l’année suivante, le 14 mars 1922, à l’âge de 46 ans. Célestin, quant à lui, suivra probablement l’une de ses filles à Pointe-aux-Outardes, puisque c’est là qu’il s’éteindra, le 4 août 1934, il avait 60 ans.

Reconstitution de la famille de Célestin et Marie-Louise

***

Le patronyme Arsenault, amené ici par Célestin, disparaîtra bientôt de la région, il n’aura eu que deux garçons pour perpétuer son nom jusqu’à nous. Seul Yves est demeuré en Haute-Côte-Nord avec son épouse Julia Tremblay. La dernière génération, n’ayant qu’un garçon, vivant à l’extérieur, le patronyme disparaîtra….

De Bathurst à la Haute-Côte-Nord,
c’était l’histoire des Arsenault!

 

 


Pssst!
La langue française, si belle et si précieuse, demeure néanmoins ardue à écrire. Si vous voyez des fautes, s.v.p., ne vous gênez pas de commenter afin de les souligner. Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *